Informatique chez Natixis : la CGT est opposée à la délocalisation !

Après avoir délocalisé une centaine d’emplois de gestionnaires de back office à Alger, la direction de Natixis passe à la vitesse supérieure.

600 emplois d’informaticiens vont être délocalisés dans une nouvelle entité de Natixis créée pour l’occasion à Porto.

Bref rappel du projet Atlas (d’après la présentation faite au CCE) :

– Suppression de 900 postes de prestataires à Paris.

– Création de 600 postes d’internes à Porto ; 400 remplaceraient directement des prestataires dans nos murs (en régie ou au forfait) et 200 remplaceraient des prestataires des centres de service.

– Internalisation de 185 postes en France, à Paris.

– Suppression de 35 postes internes dont les activités seraient transférées à Porto.

Les revendications de la CGT n’ont pas changé : les emplois existants (internes et externes) doivent être préservés sur les sites existants, et les postes pérennes doivent être internalisés.

Les milliards de dividendes versés aux actionnaires permettraient de mettre en place une politique de recrutement des salariés prestataires de services sur les sites actuels.

Imprimer cet article Télécharger cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.